www.parlons-ovni.fr

www.parlons-ovni.fr

Histoire - L'enlèvement de Pascagoula (USA - Mississippi- 1973)

En 1973, deux collègues de travail, Charles Hickson et Calvin Parker affirment avoir été enlevé par des extraterrestres alors qu’ils étaient partis pêcher près de Pascagoula, dans le Mississippi.

 

A l'époque, cette affaire défraya la chronique aux États-Unis.

 

journal époque.jpg

 

Retour sur les faits rapportés :

 

Charles Hickson et Calvin Parker (respectivement alors âgés de 42 ans et de 19 ans) s’étaient rendu à proximité de Pascagoula, dans le Mississippi, pour pécher.

 

charles-hickson-calvin-parker.jpg

 

Un peu après 19h, ce 11 Octobre 1973, alors qu’ils profitaient de cet agréable moment, ils entendirent un bourdonnement étrange et aperçurent alors un ovni qui rapidement se posa près d’eux.

 

the-craft.jpg

 

Une porte s'ouvrit du vaisseau et trois créatures firent leur apparition.

 

Elles paralysèrent les témoins puis les tirèrent à l’intérieur de l'ovni.

Dans l´ovni, les deux victimes déclarèrent avoir subi des expérimentations médicales.

 

pascagoula-encounter.jpg

 

Selon leur témoignage, les extraterrestres de forme  humanoïdes mesuraient environ 1m50, ils possédaient des pinces similaires à celles des homards, des pattes similaires à celles des éléphants et ne possédaient pas d'yeux. Leur peau paraissant pâle et très « ratatinée ».

Au terme d’une période qu’ils estimèrent à environ vingt minutes, les deux abduqués furent transportés par les créatures en dehors de l’engin pour être déposés à Terre.

 

Le vaisseau disparu dans les airs et ils retrouvèrent leurs esprits.

 

Les deux hommes se rendirent ensuite péniblement dans un commissariat du comté de Jackson pour raconter leur aventure.

Le shérif Fred Diamond et le capitaine Glenn Ryder firent subir aux deux témoins un interrogatoire serré, mais sans trouver de faille à leur récit. Jamais ils ne se contredirent.

Ils pensaient pourtant toujours qu’il s’agissait d’un canular.

Pour lever le doute, ils décidèrent de laisser les deux hommes ensemble dans une pièce qui était équipée d'un microphone caché.

Quand ils écoutèrent ensuite la bande, ils constatèrent que Calvin Parker, le plus jeune, était même extrêmement traumatisé. Ils purent observer que les deux hommes avaient continué de parler de leur expérience de la même manière, sans jamais se couper, ce qui finalement laissa penser qu’ils avaient bien vécu la même chose et qu’ils ne mentaient donc pas.

 

Le dimanche 14 octobre, les témoins furent interrogés à Pascagoula par le docteur J. Allen Hynek, de l’université Northwestern d’Evanston, dans l’Illinois (un ancien expert-conseil auprès de l’Air Force américaine) et par le docteur James Harder, de Berkeley.

 

hynek_ufo.png harder.jpg
 J. Allen Hynek James Harder

 

Ce dernier décida d’hypnotiser chacun des deux témoins séparément.

 

Au travers de cette expérience, tous deux revécurent la frayeur des évènements de l’enlèvement avec une telle intensité que le docteur Harder fit le commentaire suivant : « Ce qu’ils racontent est authentique. Il est quasiment impossible de simuler une telle peur sous hypnose. »

 

De son côté, le docteur Hynek demeura plus réservé affirmant simplement « II est certain que ces deux hommes ont subi une expérience traumatisante. »

 

Le 30 octobre, Charles Hickson, (sans Calvin Parker, qui souffrait d’une dépression nerveuse), fut soumis à l’épreuve du détecteur de mensonge à La Nouvelle-Orléans.

L’examen dura deux heures 30 minutes.

L’opérateur (Scott Glasgow) qui procéda à l’opération déclara que ce test était concluant dans le sens où il laissait apparaitre que Charles Hickson ne mentait pas.

 

Du côté des sceptiques.

 

Le journaliste américain Philip J. Klass qui mena sa propre enquête réussit à prouver que Scott Glasgow n’était pas qualifié pour conduire le test du détecteur de mensonge. Ainsi le résultat de cet examen ne peut être utilisé comme élément définitif de preuve.

 

De son côté, le sceptique Joe Nickell déclara que le comportement de Charles Hickson était douteux et qu'il avait modifié ou embelli son récit lorsqu'il était passé à la télévision, Ainsi il supposa que Charles Hickson avait imaginé cette rencontre avec des extraterrestres.

 

Enfin, une autre enquête (effectuée assez tardivement) fera remarquer que l’atterrissage et enlèvement supposé n'ont fait l’objet d’aucun autre signalement alors que deux cabines de péage qui étaient occupées en permanence par des employés qui déclarèrent n’avoir rien vu. Parallèlement les caméras de sécurité du chantier naval couvrant cette zone n'auraient rien enregistré de bizarre.

 

 

L’avis de Parlons-ovni

 

De nombreux éléments concordant laissent à penser que cet évènement est susceptible de s’être produit.

 

1° - Une vague d’observation en relation avec l’évènement

Il faut noter qu’à cet époque et plus spécifiquement sur une période de 6 mois (Octobre 1973 - mars 1974) on enregistra un nombre très significatif de signalement d’ovnis. Cette « vague » concerna les USA, l’ouest de l’Europe mais aussi l’Italie et l’Espagne.

 

2° -  De nombreux témoignages confirmant la présence d’un ovni sur les lieux ou dans les environs à ce moment là

Soulignons aussi, que le 10 Octobre 1973, quinze personnes différentes dont deux policiers indiquèrent avoir vu un grand ovni argenté qui volait lentement d’un chantier de la Nouvelle-Orléans en Louisiane.

 

Pour ce qui concerne le 11 Octobre (jour de l’évènement) un ancien pilote a appelé le shérif pour signaler avoir vu un ovni à Pascagoula vers 20h.

Trois autres témoins, qui souhaitèrent rester anonymes, indiquèrent avoir vu un ovni alors qu’elles circulaient en voiture à proximité du lieu de l’enlèvement dans un horaire en relation avec celui-ci. Un nouveau témoin signala avoir observé la même chose vers 21h au même endroit.

Beaucoup de téléspectateurs téléphonèrent ce soir-là pour indiquer subir des interférences.

 

Le 13 Octobre, un météorologue, contacta les autorités pour expliquer qu’il avait capté un étrange écho radar dans la région de l’évènement, le jour de l’évènement. L’écho demeura en vol stationnaire quelques minutes avant que le signal ne soit brouillé.

 

3° - Un scepticisme … douteux

Les commentaires des sceptiques ne semblent pas fiables, ils se basent plus sur des impressions que sur des faits et ils peuvent rapidement être mis en doute (ex : signalement d’un ovni par des automobilistes alors que les agents de l’autoroute n’auraient rien vu).

 

4° - En conclusion

Même si aucune preuve matérielle ne peut attester de la véracité de cet évènement il apparait néanmoins comme totalement crédible.

 

J’ajoute ci-dessous une vidéo datant de l’époque qui permet de voir et d’entendre les principaux protagonistes de cette affaire.

 





21/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 391 autres membres