www.parlons-ovni.fr

www.parlons-ovni.fr

Visiter les étoiles - les vaisseaux hyperluminiques

Quand on aborde les perspectives liées à l'exploration spatiale et notre capacité à visiter d'autres mondes habités on se heurte à un principal obstacle qui veut que rien ne peut voyager plus vite que la vitesse de la lumière.

En effet, la loi de la relativité restreinte (1) précise qu'il n'est pas possible de dépasser la vitesse maximum de 300 000 km/sec. Cette limite s'applique partout y compris dans l'espace.

Quand on sait qu'à ce jour (si mes informations sont correctes, n'hésitez pas à me corriger si nécessaire) la plus proche exoplanète potentiellement habitable est située à 22 années lumières de notre bonne vieille terre (2), cette vitesse qui semble à l'origine extraordinairement rapide s'avère en réalité une véritable limite aux voyages interplanétaires.

Imaginez en effet un équipage qui embarquerait pour cette planète, l'aller et le retour lui prendraient déjà 44 ans, ce qui s'avère assez problématique non ?

Certes dans un avenir surement assez proche, il sera vraisemblablement possible de plonger un équipage dans une sorte d'hibernation qui lui permettrait de "moins" vieillir (3), néanmoins sur terre 44 ans cela resterait 44 ans !

En résumé, voyager à cette vitesse ne semble pas la solution, il faudrait donc trouver autre chose.

Autre chose mais quoi ?

Et bien encore une fois la solution sort de l'une des prévisions d'Einstein et de la loi de relativité qui annonce que l'espace temps peut être déformé.

Quel avantage de déformer l'espace temps ?

Depuis que nous sommes enfants on nous explique que le chemin le plus court pour aller d'un point à un autre c'est la ligne droite.

Pourtant il existe une autre méthode qui pourrait raccourcir les voyages et qui consisterait à rapprocher le point de départ du voyage de son point d'arrivé en courbant l'espace temps.

Cette méthode présenterait à priori beaucoup avantages :

- distances plus courte

- vitesse nettement plus grandes  

- besoins d'énergie "dérisoire" comparé à ce qu'un voyage conventionnel demanderait

- temps de voyage acceptable (en mois pour des voyages interstellaires proches).

Oh la la pensez vous, le rédacteur de cet article est a du consommer quelques substances illicites avant de commencer son travail ?

Mais pas du tout chers internautes, cela c'est déjà produit au moins une fois et ce au moment du "big bang" ou l'univers s'est mis à s'étendre à une vitesse vertigineuse.

A titre d'exemple à ce moment là deux points éloignés d'un centimètre se sont retrouvés éloignés de cent milliards de milliards de km  en 10 -32 seconde (pas mal comme accélération non ?).

Alors on fait quoi de cette règle ?

Vous connaissez la Nasa, c'est en toute discrétion qu'ils ont initié des travaux sur ce sujet. Cela se passe au laboratoire Eagleworks au cœur du centre spatial Lyndon-Johnson de Houston aux USA.

Dans le cadre de ces travaux, le principal problème que les scientifiques rencontrent c'est que l'espace qui semble si malléable n'accepte tout de même pas de se plier comme une simple feuille de papier.

En fait il obéit à des règles bien précises toujours décrites au travers de l'équation de la relativité générale.

Le résultat de ces calculs devrait permettre de dilater l'espace un peu à la façon d'une vague sur l'océan pour porter le vaisseau spatial vers sa destination comme la mer porte un planche de surf.

Notons que le 4 mai 2011, les scientifiques de la Nasa et de Stanford ont prouvé que tout cela était bien possible (4).

Il faut dire qu'en 1994, un physicien Mexicain (Miguel Alcubierre) avait démontré que si on décide de gonfler l'espace à l'arrière d'un vaisseau il est prouvé que l'on obtiendrait un contraction réactionnelle de même ampleur à l'avant de celui-ci. C'est un phénomène bien pratique car non seulement il autorise les déplacements mais il permet aussi de laisser l'espace dans son état initial après le passage du vaisseau.

Seulement voilà, pour faire tout cela, il faut une énergie que nous n'avons pas encore et c'est à nouveau Alcubierre qui s'est chargé de la définir. Ne sachant comment la nommer il l'a appelé "matière exotique" (nom repris depuis par les autres scientifiques qui travaillent sur le sujet).

Pour Alcubierre, cette énergie devrait être capable de générer de l'antigravité en étant porteuse d'une énergie négative (actuellement nous n'utilisons que de l'énergie positive dite matière baryonique ).

Bref, autant dire qu'elle semble difficile à isoler, pourtant les scientifiques pensent que c'est elle qui pourrait être à l'origine du "big bang" et l'expansion de l'univers.

Mais ou se cache t'elle ?

Depuis 2003 et les résultats obtenus à partir du satellite WMAP 2003 on sait qu’il existe une matière non baryonique et qu'elle constitue rien de moins que 83 % de la matière totale de l’Univers. En conséquence elle doit être partout autour de nous mais nous ne la voyons pas.

S'agit-il de Neutrinos, de particules massives à faible interaction, d' axions, de gravitinos ou d'autres choses ? en tout cas pour l'heure à part le neutrino, aucune de ces particules exotiques n'a été clairement identifiée dans une expérience.

En attendant d'identifier cette matière puis de la collecter pour l'utiliser la Nasa continue ses travaux.

Un ingénieur en particulier s'attèle à cette tâche. Il se nomme Harry White. Il a même commencé à créer le dispositif qui doit permettre de déformer l'espace temps. Il s'agirait alors du premier vaisseau hyperluminique.

Pas question d'emmener qui que ce soit au départ dans cette machine puisqu'il s'agit d'une petite capsule qui permettrait d'ouvrir la voie a condition de disposer de la matière exotique ce qui devrait être possible dans quelques dizaines d'années.

Et le rapport avec les ovnis ?

Et bien si nous humains de 2014 sommes en capacité d'aller aussi loin dans ces théories il y a fort à parier qu'une civilisation plus ancienne que la notre aura déjà réussie à maitriser la technologie que nous ne faisons qu'envisager.

Ces voisins de l'espace devraient donc disposer de tous les moyens possibles pour nous rendre visite ou pour envoyer des sondes capable de nous observer et de réaliser des expériences sur notre planète.

Chaque progrès dans ce domaine est synonyme de preuve de la réalité du phénomène ovni et n'est ce pas ce que nous cherchons tous ?

Pour conclure vous trouverez ci-dessous quelques photographies de nos héros du jour ainsi qu'une vidéo de la Nasa qui explique globalement (malheureusement en Anglais) le principe général de cet article. Les notes complémentaires sont sous la vidéo.

Merci de votre lecture, merci à l'avance à ceux qui voudraient compléter ou corriger cet article (car je ne suis pas un spécialiste du sujet) et à bientôt pour parler d'un autre mode de transport spatiale révolutionnaire.

 

Albert Einstein Le système planétaire de Gliese 667 Harry White et son prototype
Albert_Einstein-430x600.jpg planètes de DJ 667C.jpg Harold_Sonny_White.jpg

 

 

La vidéo de la Nasa (Space Time vortex)

 

Notes complémentaires :

(1) La théorie de la relativité restreinte a été élaborée par Albert Einstein au début du 20ième siècle : il la présente en 1905 dans son article "'électrodynamique des corps en mouvement", publié dans la revue scientifique allemande Annalen der Physik (« Annales de la physique »).

Einstein a voulu résoudre une incompatibilité entre deux grandes théories de la physique de l'époque :

- les équations de l'électromagnétisme de Maxwell (qui décrivent les phénomènes électriques et magnétiques) ;

- les lois de la mécanique de Galilée et de Newton (appelées mécanique classique, par opposition à la mécanique quantique et à la mécanique relativiste, justement instaurée par la théorie de la relativité).

Elle est qualifiée de restreinte parce qu'elle ne considère que les référentiels galiléens. Einstein l'étendra ensuite aux autres référentiels (référentiels non-galiléens) avec la relativité générale.

(2) En fait il s'agit de trois planètes qui tournent autour de l'étoile Gliese 667 et qui furent découvertes en juin 2013.

(3) Une substance dite de déclenchement d'Incitation d'Hibernation (un opioïde) a été isolée dans le sang des animaux qui hibernent. Des expériences menées à partir du sang d'un écureuil qui hiberne en hiver qui a été injecté au printemps à un autre écureuil qui ne pratique pas l'hibernation. Il s'est avéré qu'au début de l'hiver suivant l'écureuil normalement actif est entré en hibernation. Parallèlement avec la même méthode des chercheurs ont réussi à prolonger la vie du cœur d'un porc ce qui offre de nouvelles perspectives dans la domaine des greffes d'organes. Du fait de ces résultats la Nasa s'intéresse depuis à cette substance dans la perspective de voyages de longue durée dans l'espace.

(4) Le 4 mai 2011 les données reçues du satellite Gravity Probe B ont confirmées les prévisions d'Albert Einstein.

Sources :

http://sciences.blogs.liberation.fr/

http://fr.wikipedia.org/

http://www.wikistrike.com/

 

© Parlons-ovni - 2014



16/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres