www.parlons-ovni.fr

www.parlons-ovni.fr

Une sonde pour étudier Oumuamua ? Oui mais pas avant 2039 au plus tôt ...

Le passage d’Oumuamua à proximité de notre planète est un évènement captivant et une opportunité incroyable pour étudier de la matière et des matériaux provenant de l’extérieur de notre système solaire.

 

Oumuamua 1.jpg

 

Jusqu’en Janvier 2019 il sera possible de l’observer ou même de l’écouter grâce à des télescopes qu’ils soient terrestres ou spatiaux.

 

Au delà de cette date Oumuamua entrera le système saturnien et alors seule une mission de proximité pourra fournir en complément d’autres informations complémentaires.

 

Mais Oumuamua peut-il  être physiquement approché dans un délai assez bref ?

 

Sa vitesse est de  38,3 kilomètres par seconde et l’on serait tenté de dire qu'il sera impossible de le rejoindre compte tenu que l'objet le plus rapide jamais construit par l’homme (à savoir Voyager 1) dispose d’une vitesse de « seulement » 16,6 km/s...

 

Alors possible ou pas ?

 

Plusieurs hypothèses ont vues le jour. Chacune prenait en compte des paramètres différents tels que durée de la mission, vitesse, trajectoires d'interception et nécessité ou pas de s’appuyer sur des manœuvres d'assistances gravitationnelles (accélérations obtenues grace à des rotations autour de planétaires, du soleil, ou des deux).

 

Les conclusions de ces recherches sont étonnantes. Elles aboutissent au fait que même avec un lancement en … 2025 il serait possible de rejoindre Oumuamua.

 

Pour y parvenir, il serait possible d’utiliser le lanceur « Space Launch System » de la Nasa ou encore « le Big Falcon Rocket ».

Ces deux engins devraient permettre de donner suffisamment de vitesse à une sonde pour rattraper le planétoïde.

 

Avec une vitesse d'environ 70 kilomètres par seconde, Oumuamua serait rejoint en 2039. Un voyage à « seulement » 40 kilomètres par seconde autoriserait de rejoindre l’astéroïde en 2051.

 

Parallèlement la vitesse de la sonde permettra de déterminer le type de mission réalisable.

 

En effet, plus la vitesse est élevée plus le temps disponible pour réaliser des mesures de proximité sera court.

Inversement, une vitesse plus faible permettrait d'envisager des scénarios de missions plus intéressants tels que survol à faible vitesse ou encore mise en orbite autour de l'astéroïde.

 

Néanmoins, dans les deux cas, l'utilisation d'un impacteur à très forte vélocité, permettant d’échantillonner les éjectas envisagé.

 

La mission  correspondant à la dernière hypothèse sera très vraisemblablement l'option retenue puisqu’elle offre la plus grande valeur ajoutée, mais il faudra attendre au mieux 2051 pour en connaître plus sur l'astéroïde à moins qu’il ne soit possible d’organiser les deux types de mission.

 

Cet engin est si intéressant que l’option mériterait d’être étudiée non ?

 

A moins que d’ici là on ne découvre qu’ Oumuamua est une sonde extraterrestre (lien ici).

 

 

 

 



30/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 346 autres membres